La Wapi réfléchit à l’installation de bornes publiques de recharge sur son territoire

Publié le : 10 Fév, 2023

Viser la sobriété énergétique, en ce compris en matière de mobilité, fait partie des objectifs stratégiques visés par la Wallonie picarde. Cette mobilité vertueuse vers laquelle le territoire veut tendre passe, notamment, par le déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques.

Le sujet avait d’ailleurs été évoqué par la Conférence des Bourgmestres et élus territoriaux en décembre dernier. Un point qui faisait écho à l’appel lancé par la Région wallonne auprès des communes wallonnes pour localiser les endroits les mieux placés pour accueillir les 2000 bornes de recharge publiques qu’elle envisage d’installer sur les voiries communales. Tenant compte de la superficie, du nombre de communes et de la densité de population, cela représente pour la Wallonie picarde 168 bornes.

Comme pour bon nombre de dossiers, les communes de Wallonie picarde, à l’exception d’Ellezelles qui travaillait déjà sur un projet de ce type, ont décidé de répondre collectivement à l’appel de la Région wallonne. Ce sont donc les agences de développement territorial IDETA et IEG qui remettront leur copie au nom de la Wallonie picarde.

La Région wallonne examinera les dossiers reçus sur base de différents critères, financiers bien sûr mais pas que. L’objectif étant d’avoir une bonne desserte sur l’ensemble du territoire pour inciter la population à faire le choix d’un véhicule électrique.
Les premières bornes publiques de recharge devraient, en principe, être opérationnelles fin 2023-début 2024.

à la une

Le Conseil de développement soutient la demande de co-habilitation de Master en Médecine en Hainaut de l’UMons

Le Conseil de développement soutient la demande de co-habilitation de Master en Médecine en Hainaut de l’UMons

C’est avec beaucoup d’incompréhension que le Conseil de développement de Wallonie picarde a pris connaissance de la décision de refus de la Ministre Glatigny quant à la demande d’obtention du Master en médecine portée par l’UMons, et ce malgré l’avis favorable...