Présence d’amiante dans l’eau potable: les élus de Wapi mettent le dossier sur la table

Publié le : 1 Mar, 2022

En Wallonie picarde, comme ailleurs, l’émission #Investigation de la RTBF consacrée à la présence d’amiante dans l’eau potable a suscité bon nombre d’interrogations dans la population. Des questionnements partagés par les élus du territoire qui ont souhaité inscrire ce point à l’ordre du jour de la réunion des bourgmestres et élus territoriaux.

Alors que la Wallonie compte encore plus de 3000 km de conduites d’eau en amiante-ciment, près d’un tiers de celles-ci concernent le territoire de la Wallonie picarde. Si les chiffres sont clairs, le sujet n’en demeure pas moins complexe. C’est pourquoi, les élus ont invité des représentants de la SWDE et un expert en toxicologie à se joindre à leurs échanges.

Philippe Boury, membre du Comité de direction de la SWDE et Sébastien Ronkart, manager qualité de l’eau se veulent rassurants. L’eau répond à des normes sanitaires très strictes. En ce qui concerne tout particulièrement l’amiante, la nouvelle directive eau potable de l’Europe n’impose aucun contrôle. La SWDE s’intéresse néanmoins au sujet depuis plusieurs années et effectue régulièrement des prélèvements.

Sans vouloir être alarmiste, le professeur Albert Bernard, toxicologue à l’UCL incite quant à lui à la prudence. Si pour les agences internationales de sécurité sanitaire, il n’existe aucune preuve que l’amiante dans l’eau du robinet provoque des cancers, cela ne signifie pas pour autant que le danger est inexistant. L’OMS considère d’ailleurs qu’en raison de cette incertitude, il est important de minimiser les concentrations de fibres d’amiante dans l’eau de boisson.

Souhaitant s’inscrire dans un principe de précaution, les membres de la Conférence des bourgmestres et élus territoriaux mandatent les parlementaires régionaux du territoire pour le dépôt d’une motion auprès du Parlement wallon. De son côté, la députée européenne Saskia Bricmont s’engage à relayer cette préoccupation auprès des instances européennes.

 

à la une

C’est un Conseil de développement fraîchement constitué qui s’est réuni ce 13 juin pour la séance inaugurale de la mandature 2022-2024.

C’est un Conseil de développement fraîchement constitué qui s’est réuni ce 13 juin pour la séance inaugurale de la mandature 2022-2024.

A sa tête, non plus un président mais un comité présidentiel composé de quatre personnalités issues pour moitié de la société civile et pour moitié du monde politique. Ce changement souhaité par le Bureau du Conseil de développement vise à instaurer une mixité...